Changement de sexe en Thaïlande

Le changement de sexe en Thaïlande, ou réattribution du genre, est pratiqué en Thailande après un long processus et traitement hormonal mais surtout et avant tout des séances de psychothérapie. Etant une intervention irréversible, le changement de sexe nécessite de longues séances de psychanalyse et la décision de changer de sexe doit être murement réfléchie.

Le changement de se fait dans l’un de ces deux sens, changement d’homme à femme et l’inverse est possible également.

La chirurgie de changement de sexe de celui d’une femme à homme

La chirurgie de transformation de femme à homme est un type de chirurgie de changement de sexe, qui est également appelée chirurgie d’affirmation de genre ou chirurgie de confirmation de genre.

 

Avant de subir une intervention chirurgicale d’affirmation du sexe masculin, la patiente recevra une thérapie hormonale pour inverser les taux d’œstrogène/testostérone. Elle peut ensuite subir un ou plusieurs des types d’intervention suivants.

Au bout des thérapies et des traitements hormonaux, vient le tour de la modification chirurgicale. Cela peut prendre différentes formes, notamment l’ablation des seins – une mastectomie – et la modification de la région génitale, appelée chirurgie du « bas du corps ».

Mastectomie ou Restructuration de la poitrine

Une personne qui subit une intervention chirurgicale pour passer du statut de femme à celui d’homme subit généralement une mastectomie sous-cutanée pour retirer le tissu mammaire. Le chirurgien apporte également des modifications à l’apparence et à la position des mamelons.

Pendant ce temps, la thérapie à la testostérone stimulera la croissance des poils de la poitrine.

Chirurgie du bas du corps

L’ablation de l’utérus, des ovaires et des trompes de Fallope

Voici quelques exemples de chirurgie du bas du corps : Ablation de l’utérus, du vagin et construction d’un pénis

L’ablation de l’utérus, des ovaires et des trompes de Fallope, appelée hystérectomie.

Une personne peut souhaiter subir ce type d’opération si elle n’est pas à l’aise en ayant un utérus, des ovaires ou des trompes de Fallope, ou si l’hormonothérapie n’arrête pas les menstruations.

Lors d’une hystérectomie partielle, le chirurgien n’enlève que l’utérus.

Dans le cas d’une hystérectomie totale, il enlèvera également le col de l’utérus.

Une salpingo-ovariectomie bilatérale, ou BSO, implique l’ablation des trompes de Fallope et des ovaires droits et gauches.

L’ablation du vagin, connue sous le nom de vaginectomie et La construction d’un pénis par métoidioplastie ou phalloplastie

Métoidioplastie

La méthode métoidioplastie est une méthode de construction d’un nouveau pénis, ou néopénie. Elle consiste à transformer le clitoris en pénis. La patiente recevra une thérapie hormonale avant l’opération pour agrandir le clitoris à cette fin.

Au cours de l’intervention, le chirurgien procède également à l’ablation du vagin, dans le cadre d’une vaginectomie.

En outre, il allonge l’urètre et le positionne à travers le néopenis. Pour réaliser l’allongement, le chirurgien utilise des tissus de la joue, des petites lèvres ou d’autres parties du vagin. L’objectif est de permettre à la personne d’uriner en position debout.

Une autre option est une procédure Centurion, qui consiste à repositionner les ligaments ronds sous le clitoris pour augmenter la circonférence du pénis.

Une métoidioplastie dure généralement de 2 à 5 heures. Après l’opération initiale, des interventions supplémentaires peuvent être nécessaires.

Une procédure Centurion prend environ 2,5 heures, et l’ablation des organes reproducteurs féminins ajoutera à ce temps.

Un avantage de la métoidioplastie est que le néopenis peut devenir en érection, en raison des capacités érectiles du tissu clitoridien. Cependant, un néopénis résultant d’une métoidioplastie est souvent trop petit pour permettre des rapports sexuels avec pénétration.

Phalloplastie

La phalloplastie utilise de la peau greffée – généralement du bras, de la cuisse, du dos ou de l’abdomen – pour former un néo-pénis. Les médecins considèrent que le prélèvement de peau sur l’avant-bras est la meilleure option pour la construction du pénis.

Par rapport à une métoidioplastie, une phalloplastie permet d’obtenir un pénis plus grand. Cependant, ce néo-pénis ne peut pas se mettre en érection tout seul.

Après une période de convalescence, une personne peut avoir un implant pénien. Cela peut lui permettre d’obtenir et de maintenir une érection et d’avoir des rapports sexuels avec pénétration.

Lors d’une phalloplastie, le chirurgien effectue une vaginectomie et allonge l’urètre pour permettre d’uriner par le pénis.

Les inconvénients d’une phalloplastie comprennent le nombre de visites et de révisions chirurgicales qui peuvent être nécessaires, ainsi que le coût, qui est généralement plus élevé que celui d’une métoidioplastie.

Scrotoplastie

Une personne peut décider de subir une scrotoplastie – la création d’un scrotum – parallèlement à une métoidioplastie ou une phalloplastie.

Dans une scrotoplastie, un chirurgien creuse et repositionne les grandes lèvres pour former un scrotum et insère des implants testiculaires en silicone.

La chirurgie de changement de sexe de masculin à féminin

Les opérations génitales comprennent trois procédures distinctes : l’ablation des organes sexuels masculins – les testicules et le pénis – et la création d’organes sexuels féminins internes et externes – vagin, lèvres et clitoris.

Ces trois étapes peuvent être réalisées en une seule opération, et le sont généralement. Toutefois, elles peuvent être pratiquées à des stades différents ou ne pas être pratiquées du tout, selon les souhaits du patient et les préférences du chirurgien.

L’ablation des testicules, ou orchidectomie

Une orchidectomie, c’est-à-dire l’ablation chirurgicale des testicules, peut être effectuée avant l’ablation du pénis pour permettre au patient de réduire sa consommation d’hormones féminines. Les testicules étant les principaux producteurs de l’hormone mâle testostérone, leur ablation permet également de réduire la quantité d’œstrogènes que le patient doit prendre et donc de réduire les risques associés aux œstrogènes.

Les testicules se trouvent dans une poche de peau, le scrotum. Lors d’une orchidectomie, une partie de la peau du scrotum est laissée pour servir à la création des lèvres ou pour tapisser une partie du vagin pendant la vaginoplastie. Comme l’opération peut entraîner un rétrécissement de la peau du scrotum ou des lésions cutanées, certains chirurgiens ne recommandent pas l’orchidectomie comme procédure distincte, en particulier pour les personnes qui prévoient une vaginoplastie. Si l’orchiectomie est effectuée séparément, une greffe de peau de l’abdomen peut être utilisée lorsque la peau du scrotum est inutilisable.

L’ablation du pénis ou la pénectomie

La pénectomie est l’ablation chirurgicale du pénis. Comme pour l’orchidectomie, la partie génitale des opérations de changement de sexe peut s’arrêter avec la pénectomie sans passer à l’étape suivante, la création d’organes génitaux féminins. Lorsqu’elle est pratiquée sans vaginoplastie, une pénectomie est parfois appelée annulation. Les patientes qui ne sont pas sûres de vouloir un vagin s’arrêteront avec une simple pénectomie. Si elles passent à l’étape suivante, certains tissus du pénis seront préservés pour être façonnés en un vagin et un clitoris.

La pénectomie consiste à créer une fossette vaginale peu profonde et une nouvelle ouverture urétrale pour permettre d’uriner en position assise.

Pour les personnes qui envisagent une vaginoplastie, les chirurgiens ne recommandent pas une pénectomie comme procédure distincte. En effet, la peau et les tissus naturels du pénis sont généralement utilisés pour la vaginoplastie. Si vous souhaitez une vaginoplastie plus tard, vous avez perdu l’occasion de créer un néo-vagin avec la peau et les tissus sensibles du pénis, qui sont déjà fixés à votre corps. Il est de loin préférable d’attendre et de faire pratiquer les deux interventions en même temps.

Créer les organes génitaux féminins

La création d’organes génitaux féminins implique une vaginoplastie, une labiaplastie et une clitoroplastie. La vaginoplastie est la création d’un vagin. La labiaplastie fait référence à la création des lèvres, et la clitoroplastie, à la création du clitoris.

Pour réussir une vaginoplastie, votre chirurgien doit remplir plusieurs objectifs. Il est nécessaire de préserver votre capacité à avoir des orgasmes, de créer un clitoris, des lèvres et une ouverture pour le vagin qui soient à la fois esthétiques et agréables au toucher. Le vagin ainsi créé doit pouvoir conserver sa forme, être sensible au toucher et être suffisamment large et long pour permettre la pénétration sexuelle. Le nouveau vagin doit également être humide et élastique, avec une doublure sans poils. Un autre objectif de la vaginoplastie est de modifier la structure des voies urinaires pour permettre d’uriner vers le bas et en jet régulier.

Vous devez faire part de vos attentes à votre chirurgien avant l’opération de vaginoplastie. S’il est important pour vous que le vagin soit suffisamment long et large pour permettre la pénétration du pénis, il peut être nécessaire de procéder à des greffes de peau. C’est généralement une option lorsque la peau du pénis est trop petite pour créer un vagin de taille adéquate. Si c’est le cas, vous devrez également procéder à des dilatations quotidiennes après l’opération pour maintenir la forme du vagin.

L’inversion du pénis est la technique la plus couramment utilisée en vaginoplastie. Cette technique utilise la peau du pénis retournée pour tapisser les parois du nouveau vagin. La peau supplémentaire nécessaire pour rendre le vagin plus large et plus long est généralement prélevée dans le sac scrotal ou le bas-ventre. Lorsque l’inversion du pénis n’est pas possible, parce que le pénis a été endommagé ou enlevé plus tôt, un segment du gros intestin peut être utilisé à la place comme paroi vaginale.

Le clitoris est créé en utilisant une petite section de la tête du pénis très sensible.

Le tissu érectile, qui a donné au pénis la capacité d’être en érection, est enlevé afin d’empêcher l’entrée du vagin et le clitoris de devenir trop gonflé pendant l’excitation sexuelle.

L’urètre – le tube qui transporte l’urine de la vessie à l’extérieur du corps – se trouve dans une position différente chez les femmes que chez les hommes. Il est également beaucoup plus long chez les hommes biologiques que chez les femmes. Lors d’une vaginoplastie, l’urètre est raccourci et repositionné.

La prostate, qui se trouve au niveau du col de la vessie et autour de l’urètre, n’est pas enlevée lors d’une vaginoplastie.

Les petites lèvres, les lèvres les plus internes du vagin, sont généralement formées à partir de restes de peau du pénis. Les grandes lèvres, les lèvres externes, sont créées à partir de la peau des testicules.

Bien que l’ablation des testicules et du pénis puisse être réalisée en une seule opération avec la création des organes génitaux féminins, certains chirurgiens préfèrent pratiquer d’abord une vaginoplastie et effectuer la labiaplastie et la création du capuchon clitoridien comme une procédure distincte. La séparation des procédures peut réduire l’inflammation causée par l’opération. Des niveaux élevés d’inflammation peuvent empêcher d’obtenir des résultats optimaux en affinant les lèvres et le clitoris. Si les opérations sont effectuées ensemble, il peut être nécessaire de procéder à une chirurgie de révision après la vaginoplastie pour affiner l’apparence des lèvres et du clitoris ou de son capuchon.

Si elle est pratiquée seule, une orchidectomie est considérée comme une opération simple, généralement réalisée sous anesthésie locale. Elle peut être réalisée en une heure. Le suivi est simple et le rétablissement complet est possible dans un délai de deux à quatre semaines.

En revanche, la pénectomie et la vaginoplastie sont toutes deux des opérations majeures et nécessitent des soins complexes avant et après l’opération. Pour plus de détails, voir la section « Avant et après » de cet article.

Les opérations non génitales dans le cadre de la transition du sexe masculin à féminin

Les aspects non génitaux de la transition homme-femme impliquent une série de procédures de féminisation, y compris l’augmentation des seins, les procédures faciales pour rendre l’apparence plus féminine et la chirurgie de changement de voix pour rendre la voix plus haute et plus légère. L’hormonothérapie et l’épilation au laser permettent d’éliminer les poils indésirables.

La chirurgie de féminisation du visage peut éliminer ou réduire de nombreuses modifications des os du visage qui se produisent à la fin de la puberté. Les transsexuels d’homme à femme les considèrent comme des difformités, ce qui donne au visage un aspect masculin. La chirurgie peut éliminer ou réduire ces difformités.

Les détails des procédures de féminisation du visage et des autres parties du visage sont abordés dans notre article « Les femmes sont-elles si différentes des hommes ?

Après une opération de vaginoplastie, la patiente sera traitée à l’aide d’œstrogènes, qui aident à remodeler les contours du visage. L’œstrogène stimule également le développement des seins.