La ruée vers la chirurgie esthétique post-confinement

Alors que l’année de la pandémie restera dans les mémoires comme l’une des plus difficiles de notre histoire et que de nombreux secteurs ont été sévèrement pénalisés par les restrictions imposées par la réglementation anti-Covid et le contretemps dans l’ouverture de nombreuses activités, la chirurgie et la médecine esthétique sont parmi les rares secteurs qui semblent ne pas avoir souffert du revers de l’annus horribilis. 2020-2021 devrait même être considérée comme l’année du boom des “retouches” esthétiques. Un chiffre considérable qui, comme le souligne l’association de consommateurs, “prend en compte à la fois les interventions officielles des chirurgiens, dentistes, dermatologues et médecins, et le non déclaré, c’est-à-dire la part des traitements effectués au noir”.

L’une des raisons de l’augmentation de l’utilisation de cette méthode est le temps consacré à la réflexion sur l’apparence physique pendant l’enfermement et le désir qui en découle de faire disparaître ses imperfections par une aide extérieure, ainsi que la plus grande insécurité que le Covid aurait générée concernant de nombreux aspects de la vie, y compris l’esthétique. À cela s’ajoute l’utilisation généralisée des plateformes numériques pour les vidéoconférences, les appels de travail et les webinaires, motivée par le télé-travail : se voir sur un écran d’ordinateur, souvent filmé de près, met inévitablement en évidence les cernes, les rides et les doubles mentons, bien plus que lorsqu’on se regarde en personne. Et la solution pour beaucoup a été de courir chez le chirurgien plastique.

Les soins de beauté les plus populaires au moment de la réouverture

Le recours accru aux soins de beauté provoqué par la pandémie concerne à 70% les femmes, tandis que 4 personnes sur 10 ont moins de 30 ans. Quatre-vingt pour cent des demandes concernent des opérations non invasives, avec en tête de liste les traitements de médecine esthétique à base de toxine botulique, qui sont utilisés pour “remplir” les pommettes et les lèvres ou pour atténuer les odieuses “pattes d’oie” qui se forment sur les côtés des yeux. L’utilisation prolongée du masque a, en effet, considérablement mis en valeur le regard, renforçant le désir de lutter contre les signes du vieillissement dans cette zone du visage. Les traitements anti-rides, tels que les comblements à l’acide hyaluronique, les peelings, les lasers et la bio-revitalisation, connaissent donc également un grand succès.

Le besoin de satisfaction personnelle et le désir de beauté après une période aussi difficile et incertaine n’ont certainement pas épargné la chirurgie esthétique, puisque l’utilisation de bistouris a représenté 20 % des demandes de chirurgie esthétique en vue d’une réouverture. L’augmentation mammaire et la rhinoplastie restent très populaires, de même que la liposuccion, grâce à la fermeture prolongée des salles de sport qui, surtout chez les jeunes, n’a fait qu'”augmenter le malaise et l’insécurité concernant leur physique”.